Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Non à l'autoroute

Contournement Est de Rouen : fin de concertation sur fond d'inquiétudes

14 Juillet 2014 , Rédigé par non à l'autoroute

Si la concertation sur le projet de contournement Est s'achève samedi 12 juillet 2014, les inquiétudes demeurent. En témoigne la réunion de clôture, mercredi 9 juillet, à Rouen.

Sur quoi débouche la concertation qui vient de s’achever au sujet du contournement Est de Rouen ? Sur quatre points ou points centraux de questionnement : 1. La nécessité du projet ; 2. Les interrogations autour du péage ; 3. L’impact environnemental ; 4. Le calendrier du projet.
Ce que retient Patrick Berg, directeur de la DREAL (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) de Haute-Normandie, qui s’est de nouveau exprimé sous les huées d’opposants hostiles jusqu’au dernier moment, c’est la nécessité du contournement Est de Rouen pour des questions économiques autant que pour des raisons de confort de vie. Cette nécessité a d’ailleurs été réaffirmée, d’abord par le préfet de Haute-Normandie, Pierre-Henry Maccioni, qui envisage la situation de Rouen à l’échelle de l’Europe et conçoit que la réalisation du contournement est « la condition sine qua non d’un développement harmonieux » pour une future métropole européenne.
Les représentants des grandes collectivités locales – Frédéric Sanchez, président de la CREA, Nicolas Rouly, président du Département de Seine-Maritime et Nicolas Mayer-Rossignol, président de la Région Haute-Normandie – ont également rappelé qu’au fil des votes, le projet a toujours remporté l’adhésion d’une majorité d’élus. Aujourd’hui que la concertation livre ses conclusions, les présidents de ces grandes collectivités insistent sur l’urgence qu’il y a à travailler, à partir de ces conclusions, sur un tracé. Sans jeu de mots, il s’agit pour eux de savoir désormais où l’on va, et d’affiner le projet en tenant compte des remarques et des inquiétudes que les tables rondes et les interventions diverses ont soulevées.

Des dés déjà jetés ?

Ces inquiétudes, à la fois vives et partagées par un nombre conséquent d’habitants des territoires concernés par le tracé autoroutier, ont à nouveau parlé, mercredi 9 juillet 2014, à la Halle aux Toiles, à Rouen. Les sceptiques comme les opposants radicaux au projet se sont exprimés d’autant plus fortement que cette réunion publique de restitution marquait la fin d’une période dévolue au dialogue. Une phase d’échanges dont ils sortent déçus, certains que les dés étaient jetés avant même que ne commence le cycle des tables rondes.
Au plan politique, les Verts ont fait valoir, par la voix de David Cormand et celle de Véronique Bérégovoy, « l’inutilité d’un projet déjà obsolète en 2014 », soit dix ans avant son hypothétique concrétisation.

Toutes les grandes métropoles du monde cherchent les moyens de revenir sur les choix qu’elles ont faits dans le passé, nous, nous choisissons d’y plonger à pieds joints », lance David Cormand pour rejeter « ce projet d’un autre siècle.

Au plan associatif aussi, les voix se sont à nouveau élevées pour regretter que la DREAL ait été mise en position de « juge et partie dans cette affaire », demander « quels moyens sont laissés à ceux qui ont tout à perdre dans ce projet », souligner les expropriations senties comme des injustices consenties au profit du bien commun, ou critiquer avec véhémence l’attitude de la DREAL durant les débats – des propos que Frédéric Sanchez qualifiera plus tard de « déplacés ». L’association pour le contournement Est de Rouen est également intervenue pour faire le contre-point du discours des opposants, et affirmer que cette infrastructure répondra à « des enjeux essentiels et marqués du sceau de l’évidence ».

Ce péage qui continue de coincer

Au milieu des discussions, la question du péage continue d’apparaître comme un sujet dans le sujet. Patrick Berg a réaffirmé que le recours à un concessionnaire était une condition obligatoire pour réaliser le contournement dans le respect du calendrier imparti. Pour autant, la pilule ne passe pas. Tandis que les présidents des grandes collectivités locales réaffirmaient l’attachement de toujours de leurs assemblées au projet, on entendait en écho des voix qui, depuis la salle, criaient qu’à l’époque des premières adhésions, il n’était pas question d’infrastructure payante…
Tous les documents de la concertation publique seront maintenant communiqués via le garant, Michel Gaillard, au ministre des Transports par l’intermédiaire du préfet. Michel Gaillard rendra son rapport à la rentrée de septembre 2014. Puis c’est le ministre des Transports qui avisera de la suite à donner à ce serpent de mer de contournement Est…

Les opposants au projet, tels que Francis Bis (Haute-Normandie Nature Environnement), ne se sont pas privés de prendre la parole une dernière fois, devant le préfet de Région, mercredi 9 juillet 2014, à la Halle aux Toiles, à Rouen. (Photo : Jean-Marc Donnaes)

Les opposants au projet, tels que Francis Bis (Haute-Normandie Nature Environnement), ne se sont pas privés de prendre la parole une dernière fois, devant le préfet de Région, mercredi 9 juillet 2014, à la Halle aux Toiles, à Rouen. (Photo : Jean-Marc Donnaes)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article