Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Non à l'autoroute

Concertation 2 juin, intervention Francis Bia Haute Normandie Nature environnement

4 Juin 2014 , Rédigé par non à l'autoroute

Mesdames, Messieurs,

 

Aujourd’hui, les associations opposées au projet de contournement Est de l’agglomération Rouennaise et notre Fédération Haute Normandie nature et environnement, s’interrogent sur la portée de cette concertation « Recommandée » par la CNDP.

Nous pouvons penser du fait de l’absence de contentieux et cela tenant compte de la nouveauté de la consultation que l’irrespect des recommandations éventuelles de la CNDP par le maître d’ouvrage n’entachera pas d’illégalité l’ensemble de la procédure.

 

Pourquoi donc mettre en place une t’elle procédure, alors que le projet est objectivement différent du projet présenté en 2005 et du projet retenu dans le cadre du SNIT ?

 

La Dréal répond par 4 lignes piochées dans une déclaration du ministère de l’écologie et par une déclaration précisant la synthèse des travaux réalisés par le comité de pilotage.

La décision de la commission 21 ( décision contestée en son sein) n’étant que l’aboutissement des propositions présentées par les services préfectoraux et la pression d’une partie des élus de l’agglomération.

 

Depuis le débat de 2005, nous avons participé à des réunions présentant l’évolution de ce dossier, mais jamais nous n’avons trouver de réponses aux enjeux identifiés par l’étude d’opportunité et la réalité des objectifs.

 

Nous pouvions nous attendre à prendre connaissance d’un dossier étoffé et présentant des justifications non contestables.

 

Notre premier constat :

Ce dossier de concertation valorise la forme et aucunement les éléments techniques nécessaires au citoyen pour juger de l’opportunité de ce projet.

En somme, un dossier de communication, les impacts de ce projet et les alternatives efficientes sont cachés

L’emploi du conditionnel et l’usage de la référence à des hypothèses ne peut que mettre en doute les affirmations et les conclusions qui en sont issues.

les affirmations scandées veulent répondre aux interrogations développées et qui se trouvèrent confirmées par les cahiers d’acteurs de représentants non partisans et aussi par les interventions des membres de la commission particulière de 2005, des déclarations et compte rendu consigné par la CNDP.

Les hypothèses ne peuvent en aucune manière servir de base à cette concertation,

Nous demandons une pression du garant pour que ces éléments non explicités, contraire aux analyses antérieures soient retirés du dossier. Nous réitérons notre demande pour obtenir la décision ministérielle et les délibérations du comité de pilotage.

Trois volets environnementaux sont confirmés dans de brefs textes et sont déclinés contrairement au volet économique comme des éléments non déterminants et susceptibles de procédures ultérieures qui n’influencent aucunement le choix voir l’opportunité du tracé.

 

1/La biodiversité, la trame verte et bleue et la cohérence avec le schéma régional

C’est en priorité, aujourd’hui, que nous devons nous assurer que le projet est compatible avec les orientations nationales pour la préservation et la remise en état des continuités écologiques.

Nous avons su, notre fédération Haute Normandie Nature et Environnement avec l’appui de nombreux scientifiques démontrer les capacités de nos ressources et contester les conclusions des études avancées par le maître d’ouvrage. Nous sommes encore mobilisés sur ce volet des enjeux de préservation de la biodiversité. Aussi nous réclamons, ce soir, le droit à recevoir l’intégralité des études préliminaires (constats scientifiques sur le terrain) qui ont amené le comité d’expert– Le comité de pilotage -à rendre ses conclusions.

Nous prendrons à ce moment notre part pour évaluer les conclusions présentées.

 

2/ La préservation des champs captants et des ressources aquifères.

l’agence de l’eau–Direction Seine aval dans sa contribution de 2005 rappelait : au regard des spécificités du terrain, « il conviendrai de définir l’ensemble des mesures nécessaires à la protection et … d’en évaluer le coût et la faisabilité ».

Le débat public de 2005 a soulevé la question de la compatibilité du projet avec la loi sur l’eau et la CNDP concluait pour que les choix fondamentaux ne soient pas remis en cause ultérieurement (enquête publiques lois sur l’eau et DUP conjointes. Le document soumis ne précise en aucune façon les moyens effectifs pour mettre en imperméabilisation totale cette infrastructure et ne quantifie aucunement l’enveloppe nécessaire à ces mesures de protections.

Du reste le budget global n’est pas décliné suivant les répartitions financières affectées.

 

Rendez nous notre air. Slogan de la campagne de notre fédération France nature environnement

La qualité de l’air et les conséquences de la pollution sur la santé notamment par les particules fines sont inévitables…A moins de rendre la ville à ses habitants…

D’autres polluants et non des moindres, les oxydes d’azote se combinent avec d’autres éléments et ce phénomène est favorisé par les facteurs climatiques. Ainsi ces pics d’ozone sont autant de facteurs aggravants, des pics d’ozone recensés en priorité sur les plateaux Est et la vallée de l’Andelle.

L’Adème dans son cahier d’acteurs rappelait le risque d’accroître les trafics avec une nouvelle infrastructure et considérait l’inefficacité de fait d’une telle infrastructure pour diminuer la pollution de centre ville.

 

La mobilité.

Le compte rendu du débat public de 2005 confirme la nécessité d’orienter les politiques de mobilité au bénéfice d’une politique de transport en commun et la nécessité de diminuer l’usage de la voiture.

Le Plan de déplacement urbain de l’agglomération soumis récemment à l’enquête rappelle le contexte :

  • En partant du centre de l’agglomération, 73 % des déplacements sont des parcours de 5 à 6 km dont 60 % sont effectués en voiture.

 

Une extrapolation des données des documents disponibles.

Les services de la Dréal , lors de la rencontre du 19 décembre 2013 nous ont rappelé les documents de référence et notamment l’atlas cartographique Etat Zéro du territoire , autour du contournement est – liaison A28/A13.

Qu’explicite ce document concernant les flux de circulation ?

  • la hiérarchisation des flux de circulation met en évidence la prédominance des flux

de pénétration , sur les 38000 poids lourds , 60 % sont des trafics d’échanges avec le port de Rouen et de l’agglomèration.

Alors que les voies de pénétration de l’est de l’agglomération ( et non l’A28 , adossée aux plateaux Nord et qui par sa jonction avec l’A29 et l’A150 constitue la liaison A28-A13 par l’ouest de l’agglomération).

Ces voies de l’Est de l’agglomération RN 31 et RD 6014 , RD 6015 sont les voies les moins chargées de l’agglomération.

Les infrastructures du type autoroutier et de contournement mettent en évidence la génération de nouveaux flux. ( Le pont Flaubert dont les fonctionnalités manquent d’une certaine efficience, la rocade sud, n’apportent pas les solutions envisagées lors de leurs réalisations - comme cela est confirmé dans le document présenté ce jour.

 

Les hypothèses de ce dossier.

Les dispositions et mesures d’interdiction projetées rappellent les mesures d’urgence prises par le préfet de haute Normandie au lendemain de la fermeture du pont Mathilde.

Des mesures dont l’impact fut tout de suite perceptibles, il est regrettable que ces décisions furent amendées très rapidement (sous la pression) et nous ne pouvons que constater des déviances aux recommandations prescrites. Ce qui nous amène à émettre de nombreux doutes ( voir la contestation Ecomouv ), de nombreux doutes donc sur la volonté politique pour prendre des mesures correctives vis-à-vis des transporteurs routiers et des habitants des plateaux Est et ainsi les contraindre à emprunter des infrastructures dont la dîme et le kilométrage supplémentaire ne peuvent qu’amputer un peu plus leurs budgets. Suivant les bases de septembre 2009 de la taxe kilométrique moyenne, mentionnée dans le cahier des charges de l’A150, nous pouvons extrapoler et ramener l’octroi à 5.40 euros pour un véhicule de classe1 : voiture et de 15 euros pour une classe 4 : un camion. Un élément tarifaire qui devrait apparaître sur le document.

 

Le document précise :

« Il est envisagé de mieux formaliser cette démarche d’association de collectivités territoriales, par exemple sous la forme d’une véritable « charte d’accompagnement du projet. »

 

Les politiques de la ville et le contenu de ce document remis ce soir sont élaborés avec une attention particulière pour expliciter de fort enjeux tout en minimisant la réalité et favoriser les mauvaises solutions. Responsable mais pas coupable entendrons-nous,

Nous sollicitions cette responsabilité et nous demandons aux acteurs de cette concertation d’abandonner cette communication destinée à promouvoir le projet et leur rappeler le droit des associations à obtenir une information objective et neutre.

Pour cela le maître d’ouvrage ne doit pas se fonder sur des données approximatives comme je vous en ai fait lecture un peu plus haut.

Nous devons : associations, fédération et maître d’ouvrage ainsi que toutes les parties concernées à agir de concert et aboutir au consensus .

Nos institutions doivent s’émanciper de l’habitude et renoncer à des projets qui ont plus de 40 années et dont la pérennité est même mise en cause dans les bulletins économiques.

Cette demande d’informations et de communication m’amène à interpeller l’ensemble des médias et je leur demande de s’assurer non pas des intentions de chacun et de remplir ainsi quelques articles polémiques. Mais bien de s’orienter sur le questionnement par l’observation, la consultation des documents et analyses non transmises ni explicitées dans ce dossier. Nos associations et la fédération ont toujours apprécié ce travail d’analyses lorsque la presse au-delà des convictions, a facilité la compréhension, responsabilisé le citoyen et lui a donné des éléments pour lui permettre de façonner son jugement.

Nos associations et la fédération sont bien évidemment disponibles pour expliciter le contenu de nos prises de paroles.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article