Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Non à l'autoroute

UNE CONCERTATION DE PRINCIPE LE PROJET EST DEJA ENTERINE DE QUI SE MOQUE T'ON

23 Février 2014 , Rédigé par non à l'autoroute

Non au projet d’autoroute de liaison

entre A28 et A13 !

LE SCANDALE DE LA CONCERTATION ACCORDEE PAR L’ETAT AUX RIVERAINS

Trois minutes ! Riverains, c’est le temps que , le garant de la bonne conduite de la concertation a prévu d’accorder à chacun d’entre vous lors des neuf réunions, organisées pour présenter le tracé imposé.

  1. 3 minutes pour vous exprimer sur un projet qui va bouleverser à jamais votre cadre de vie!
  2. Des réunions prévues, a dessein, entre le 2 juin et le 12 juillet , période de congés ou de départ en congés, afin que vous soyez moins nombreux à pouvoir assister aux réunions.

Mais l’imposture ne s’arrête pas là !

Dénonçons une concertation dont le résultat est confié au seul jugement du maître d’ouvrage du projet !

Le public est en effet confronté au maître d’ouvrage, fonctionnaire, ingénieur des Services de l’Equipement, qui bien entendu présente et défend son projet. Et là, nous admettons honnêtement qu’il est normalement dans son rôle! Il est payé pour ça.

Mais, il sera juge et parti pour l’évaluation des contestations du public. C’est en effet lui seul, qui évaluera le bilan des concertations. Si l’on considère que sa hiérarchie lui a donné mission de faire passer le projet et que sa carrière en dépend, on ne peut attendre de lui qu’il garde toute son objectivité vis à vis de de son projet et de l’importance de ses inconvénients.

Nous sommes là devant un conflit d’intérêts manifeste.

La présence du président de la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) ne compense pas, comme on voudrait le faire croire au public, cet état de fait. Il n’est en effet garant que du bon déroulement du débat.

Son rôle consiste seulement à organiser les réunions et à veiller à ce que toutes les contributions du public écrites ou orales soient bien enregistrées, et à ce que le maître d’ouvrage y réponde.

Il a obligation de rester neutre vis-à-vis de la pertinence ou non des contributions du public et des réponses faites par le maître d’ouvrage.

Y a-t-il DE LA LOYAUTE DANS LES DEBATS ? Dans de telles conditions comment peut- on y croire ?

Ainsi, lors du débat public de 2004-2005 nous avions vu, avec indignation, le maître d’ouvrage, « botter en touche », toutes les protestations émanant des riverains et de leurs alliés, les défenseurs de l’environnement.

Il ne faut plus accepter ce genre de machination, organisée pour tromper l’ opinion en donnant un faux signe d’ouverture vis-à-vis des riverains, et pour dévoyer le vrai débat républicain de son but en interceptant et collectant toute les contestations pour mieux les étouffer.

Pour que la concertation soit loyale, il y manque un système indépendant d’évaluation. Seule la nomination d’une commission d’experts en environnement, en développement durable, en matière de pollution de l’air, de bruit, de santé, …etc., permettrait de juger, en toute impartialité, de la pertinence du projet et de statuer en toute connaissance de cause sur son caractère d’intérêt général.

C’est la condition pour que concertation et confiance se rejoignent !

Soyons bien conscients que les interlocuteurs que l’on nous impose ne sont pas les décideurs, qu’ils sont des fonctionnaires payés pour appliquer ce que le gouvernement, c’est-à-dire les élus, ont décidé. Ils n’ont aucun pouvoir de changer les choses. On les envoie au charbon dans les concertations bidon pour servir d’écran entre nous et les vrais responsables : nos grands élus qui se dérobent.

Nous devons aussi exiger, dès aujourd’hui, que pour une conclusion équitable de l’enquête d’utilité publique qui viendra bientôt clore tous les débats, un véritable moratoire, système d’évaluation à l’impartialité incontestable soit organisé.

Nous devrons nous battre pour obtenir ça ! Nous n’accepterons plus que notre sort et celui de l’environnement de toute la France, continue de dépendre du seul avis d’un commissaire enquêteur, sélectionné par l’Etat, dans une longue liste, pour des raisons qui n’échapperont à personne.

Les partisans de ce projet de liaison autoroutière A28- A13 qui fait aussi office de contournement Est de Rouen prétendent qu’il s’agit d’une clé pour soulager les rouennais du bruit, de la pollution, des embouteillages. Nous nous affirmons qu’ils font fausse route, et que la seule solution efficace réside dans la diminution drastique du nombre des véhicules dans Rouen. Ceci implique un développement conséquent des transports publics et l’application de nos suggestions d’alternatives pour remplacer le projet. Avec de la volonté, de la créativité et de l’innovation c’est possible ! Sortons tous ensemble des vieux schémas ! Exigeons le changement maintenant !

Sans les études sérieuses et impartiales des alternatives que nous suggérons et leur confrontation avec le projet ringard et ses inconvénients qu’on nous impose, études que l’on nous a toujours refusées, comment l’Etat peut-il prétendre que lui travaille dans l’intérêt général et pas nous ?

Comme le préconisait Stéphane Hessel, Mesdames, messieurs,

Indignez- vous

et avec nous faites le savoir à nos élus !!!

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article